Ia orana! Trois roses et un tiaré...

Tahiti et ses iles... Ou comment vous faire partager une vraie passion pour le bout du monde!

11 décembre 2009

Rangiroa (1): pension "Le Mérou Bleu"...

 

Rangiroa__205_

L'autre jour, je vous ai parlé de ma pension à Fakarava. Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de Rangiroa, un autre atoll des Tuamotus ;-)

Vous m'excuserez, je prends un peu mon séjour dans le désordre, en vrac... L'avantage, c'est que je peux vous parler de tout ce que je veux sans m'imposer un plan défini super chiant... Je livre donc mes souvenirs comme ils me viennent, en fonction des flashes souvenirs qui s'imposent de temps à autre à ma mémoire, et hop!

Rangiroa__135_

La formule du "en vrac" me plaît bien, et puis de toute façon il y a les catégories qui permettent de s'y retrouver, si vous cherchez quelque endroit en particulier (à gauche, juste là, oui oui...)

Donc, je commence avec les pensions, et les impressions qui ont été les miennes après coup. C'est donc hyper subjectif, bien sûr, et ce qui plaît à l'un ne plaira pas forcément à l'autre... Mais je le dis comme je le pense et pis c'est tout.

Alors, justement, ben je vous le dis: le Mérou Bleu, à Rangiroa, c'est... Trop chouette!

Rangiroa__154_

Vraiment très bien, impeccable, aucun souci, nickel chrome, toussa toussa! D'ailleurs, vous avez qu'à voir par vous même, tiens (comme si vous y étiez, enfin... presque, hein...) Clic!


Le Mérou Bleu, atoll de Rangiroa

Le Mérou Bleu, c'est vraiment une pension de famille comme on les aime, avec une proximité et un échange amical "comme à la maison". Sonya vous accueille avec le sourire, elle est toujours là pour vous suggérer des sorties sympas et des petites boutiques bien pratiques.

pension_rangiroa_pierre_sonya_01

Pierre n'est plus là, mais Sonya continue à tenir à la perfection ses bungalows, à chouchouter ses clients avec ses bons petits plats, et à bricoler avec talent ses petits pirates qui m'ont tant plus (je n'ai pas osé me lancer, j'en suis restée à un mobile de corail tout simple...)

Rangiroa__210_

Rangiroa__211_

Rangiroa__212_

Les bungalows sont juste magnifiques... Prévoyez quand même des boules Quies, car la nuit, les vagues et l'océan qui sont juste à côté (au choix selon votre sensibilité au bruit) vous bercent ou vous cassent les oreilles!

Rangiroa__151_

Par ailleurs, et ça mérite d'être souligné, la cuisine que prépare Sonya, chaque soir, est absolument délicieuse! Il faut aimer le poisson bien sûr, c'est un peu normal en Polynésie... Si c'est votre cas, vous pouvez y aller les yeux fermés: c'est digne d'une grande table, un ré-gal!

Rangiroa

Pour la petite histoire, Rangiroa, c'est le plus grand atoll de Polynésie.

carte_polynesie

L'atoll, comme vous pouvez le voir sur le dessin ci-dessous, c'est finalement un grand cercle de terre (pleins de petites iles disposées en cercle en fait), entourant un lagon d'un côté, et donnant sur l'océan de l'autre.

carte_rangiroa

Rangiroa, c'est donc lagon gigantesque, qui communique avec l'océan grâce à trois passes: Avatoru et Tiputa, larges de 200m, au nord, et Tivaru, plus étroite, à l'ouest. C'est entre les deux premières que se concentrent l'habitat et les activités touristiques, sur la chaîne d'ilôts d'Avatoru, longue d'une dizaine de km et parcourue par une route goudronnée qui s'arrête à la passe de Tiputa.

Le Mérou bleu, lui, est du côté d'Avatoru.

passe_avatoru_ocean

Pour info, la pension est près du "centre" (du petit "centrounet", quoi, car, c'est très petit, Avatoru, vous vous contenterez de beaux paysages, d'une passe géniale pour faire du surf, et de spots de plongée sous-marine exceptionnels  - ses principaux atouts - et c'est déjà pas mal!)

Rangiroa__191_

La situation du Mérou vous permet d'être en moins de 5 minutes à vélo du petit centre (donc), des banques du coin et des petits supermarchés (pratique pour le midi, car seul le dîner est pris à la pension).

Rangiroa__186_

Des vélos disponibles à la pension m'ont permis de visiter la partie de l'atoll sur laquelle j'étais, il faut à peu près 1H30 pour aller d'un bout à l'autre de cette partie de l'île (10km).

Rangiroa__184_

A droite: coté lagon

Rangiroa__185_

A gauche: côté océan!

Le long des passes, telle celle d'Avatoru qui est juste en face de la pension, les forts courants entrants et sortants génèrent une vie sous-marine intense.

Ainsi, au Mérou, pas question d'aller faire une petite trempette juste pour quelques brasses, l'eau est peu propice à la baignade! Pas de grande plage de sable fin non plus, c'est du corail, à Rangiroa, et en dehors de la pension extrêmement bien tenue, les nombreuses canettes et autres bouteilles par terre vous incitent peu à vous étendre pour faire bronzette le long de la route...

Rangiroa__161_

Pas besoin de voiture pour visiter l'ilôt, un bon vélo, voire un scooter, suffisent amplement. Vous n'avez pas grand chose à faire si vous n'êtes pas plongeur ou surfeur, sauf bien entendu vous reposer, marcher un peu pour admirer la ligne d'horizon qui se perd à l'infini...

Rangiroa__197_

Et faire les magnifiques excursions en bâteau vers le Lagon Bleu (formidable) ou les Sables Roses.

Sonya m'a conseillé plutôt le Lagon Bleu, à 1H30 de bâteau d'Avatoru. Il semble que les sables roses, bien plus loin, ne valent pas spécialement le coup si l'on a déjà fait le lagon...  Et bien je n'ai vraiment pas regretté! Bon, faut pas avoir le mal de mer, le bâteau qui vous emmène là-bas est plutôt sport (perso, j'adore!! Mais les seaux ont servis à quelques touristes qui voyageaient avec moi, tout de même...). A part ça c'est exceptionnel, sûrement le plus bel endroit que j'ai vu durant mon voyage... Tiens, regarde:

Rangiroa__41_

Pas mal, hein?

Mais ça, ça sera l'objet d'un autre message!  ;-)

Enjoy... Un coucher de soleil au Mérou Bleu... (en version accélérée, même si le coucher de soleil est très rapide là-bas, 10 minutes et hop! Plus rien...)

 

 
Rangiroa, coucher de soleil au Mérou Bleu


17 novembre 2009

Fakarava (1): pension "Raimiti" diverses impressions en vrac...

 

raimiti

J'avais tellement d'attente lorsque j'ai décidé de passer quelques jours fabuleux à Raimiti, alléchés par le site internet magnifique et les photos fabuleuses qui laissaient penser que cet endroit serait le paradis...

Sans compter que le propriétaire, qui tient un journal quotidien en ligne, avait l'air vraiment sympa, chaleureux et accueillant.

Effectivement, c'est joli. Pas autant que le laissait penser les photos, j'ai quand même été un peu déçue. Mais bon. N'exagérons pas, c'est joli quand même, quoi. Pas de plage cependant, il faut savoir qu'il n'y a pas moyen de se baigner devant l'hôtel.

Raimitivuesurlagon

Car c'est là le hic. Il s'agit bien plus d'un esprit "hôtel" que d'une pension de famille! Ici, vous ne dinerez pas avec le personnel ou le proprio: mais bien seul à votre table, comme un client lambda. Mais sans les prestations d'un l'hôtel cependant (genre changement de serviettes, lit refait tous les jours ou électricité) et pour bien plus cher qu'un hôtel... (!)

Raimitirestauranrant

124_2442

Raimitibar

Raimitirestaurant3

Contre toute attente, le patron voit d'un mauvais oeil que vous essayez d'engager une conversation avec le personnel, du moins c'est la sensation qu'il m'a donnée. "Pas de mélange SVP" (pour une pension de famille c'est le comble! Et surtout quand vous n'êtes qu'une dizaine sur l'ile, faut bien parler à quelqu'un, non?).

Il ne s'est même pas présenté à moi (alors que je lui laissé un fric pas possible! Vu les prix des bungalows, il aurait pu faire un effort, juste à titre commercial, même s'il a l'habitude de n'avoir chez lui que des gens plein aux as... Les grands chefs se déplacent bien dans leurs resto, alors pourquoi pas lui..?)

Il ne venait pas du tout me parler quand j'étais sur l'île ou dans le fare pote où je prenais mes repas (alors qu'il était à 20 mètres, même pas). Le "bonjour" aussi est facultatif... Heureusement, le personnel formidable a rattrapé un peu le coup. Merci notamment à Vaihere pour son accueil et sa gentillesse...

DSC_27070

restaurant_ext4

Niveau activités (comprises dans le prix, heureusement dirais-je...): plongée dans une passe, plage (on nous emmène à 10mn en bâteau sur une jolie plage déserte, ou presque) ou pique-nique sur un motu, lui aussi désert (magnifique)... Bref, une sortie par jour vous sera proposée (mais vous ne pourrez pas choisir laquelle).

On vous impose donc les activités et on vous sort (on a même parfois l'impression que c'est une corvée d'ailleurs). Mais bon. C'est toujours mieux que de rester sur l'île où il n'y a rien à faire ni personne avec qui parler (parce que le personnel bosse et que la direction a mieux à faire...)

Raimitirestaurant2

Pour les repas, c'est bon, petit déj très correct, un plat le midi (buffet salades) et entrée+plat+dessert le soir. Mais le soir notez quand même que c'est hyper gras (en général féculents + beignets de légumes + du poisson avec plein de sauce). On m'avait dit que la table d'hôtes était fabuleuse (guide touristique + avis des gens sur forum) mais là, je reste un peu sur ma faim (c'est basique et facile - voir notamment la table d'hôte à Rangiroa qui était un 1000 étoiles à côté) ;-)

Raimitivuerestaurant

Bref, si c'était à refaire je n'y retournerais pas, et vu le prix, finalement je me dis que j'aurais mieux fait de me prendre un chouette hôtel sur pilotis à Bora-Bora, genre.

Si ce n'est que le personnel a vraiment été super. Faudrait une direction un peu plus sympathique et moins snob, ça vous gâche votre plaisir! C'est la "pension de famille" la plus décevante de mon séjour alors que je pensais que ça serait la mieux! Y'a trop une volonté de se la jouer "hôtel" de (pseudo) luxe, alors que ce qu'on recherche dans une pension, c'est la proximité avec les gens!

restaurant_ext

Ah, oui, autre chose... Prévoyez des boules quies pour pouvoir dormir! Les bungalows sont en partie ouverts, c'est ce qui fait leur charme, certes... Mais faut savoir que ça fait une prise au vent, et ça siffle vraiment très fort le soir, même dans les fare dits "fermés"... Je vous dit pas le bruit!

intbung

Fare "Robinson": ouvert et sans porte...

RaimitifareCrusoe

Fare "Crusoë": fermé avec une baie vitrée coulissante, mais toit semi-fermé

La pension Raimiti, par ailleurs, est située sur un motu (le motu Tetamanu), et non pas sur l'île principale de Fakarava (village de Rotoava). Il faut une bonne heure-et-demie de bâteau pour parcourir les quelques 60 km qui la sépare de l'aéroport et y arriver (attention, âmes sensibles s'abstenir... Si l'eau est agitée, bonjour l'angoisse. Je n'ai absolument pas le mal de mer, mais en pleine nuit noire avec une houle abominable, sans aucune lumière pour éclairer ni l'eau ni le bâteau - qui fonce à toute allure - on se demande si on arrivera vivants là-bas... Crise d'angoisse au bout de 45 minutes, les fesses en compote à l'arrivée).

fakarava1

Ca pourrait faire son charme, mais finalement c'est là l'ennuyeux: vous êtes complètement tributaires du propriétaire, les ballades sont donc impossibles (le motu est trop brousailleux pour la visite à pied), et (faut le dire): au bout de 2 jours (surtout s'il pleut) vous vous emmerdez sec (y'a pas de plage, hein, je vous rappelle...)

L'éclairage à la lampe tempête - car il n'y a pas d'électricité pour jouer à fond les Robinson et "vivre en symbiose avec la nature" - c'est rigolo les premiers temps, mais pour la douche le soir dans la nuit noire (après l'arrivée mémorable en bâteau à 23H), le filet de lumière c'est très très moyen. De la même façon, c'est pas top pour lire un peu le soir... faute de pouvoir discuter avec le proprio (mais où est donc l'esprit "pension de famille" ???). De plus, il m'a fallu errer un petit moment dans le noir sur l'île pour retrouver le premier soir le fare potee, et enfin pouvoir prendre mon repas (je plussois: la lampe tempête ça vous casse vite les pieds, mieux vaudrait un GPS). 

Fakarava (18)

Conclusion: Fakarava, c'est bien beau, mais à moins de vouloir faire de la plongée (les fonds marins sont merveilleux comme nulle part ailleurs paraît-il...) il vaut mieux se diriger vers d'autres îles à mon humble avis. Comme quoi, une mauvaise expérience de pension peut vous gâcher votre séjour (zet votre impression sur l'île...) C'est bien dommage, car je suis sûre que Fakarava possède bien des richesses que je n'ai, hélàs, pas vues.

Mais une chose est sûre: je n'y retournerai pas et visiterai d'autres îles si je devais retourner en Polynésie (je ne fais pas de plongée sous-marine et les paysages sont beaux, mais autant que sur les autres atolls...)

Après, gardez bien en tête que ce n'est que mon avis subjectif et mon ressenti. Peut-être que le propriétaire m'a prise en grippe dès le départ (ma tête ne devait pas lui convenir car on n'a pas échangé 3 mots au final, malgré mes tentatives restées vaines). Ou alors il avait des soucis ces jours-là... Bref. A vous de voir quoi! ;-)

14 août 2009

Le secret pour devenir un vrai tour operator de choc (et de charme, hein...)

8

 

La dernière fois, je vous ai raconté comment j'ai orienté mon choix vers telle ou telle île de la Polynésie. En vadrouillant sur les blogs et les sites internet, en regardant les photos magnifiques et les impressions des personnes ayant déjà fait ce voyage, mon choix s'est fait sur les îles de la Société, dont fait partie Tahiti, et sur les atolls paradisiaques des Tuamotus.

Comme je voulais rester trois semaines, et comme (vous l'avez lu la dernière fois) un séjour de deux-trois nuits est relativement suffisant pour faire un tour non exhaustifs des merveilles de ces îles, j'ai voulu en voir le maximum (on ne va pas là-bas tous les jours non plus!)

Du coup, au diable l'installation pépère d'une semaine dans un hôtel, vive l'esprit bouge-bouge et l'authenticité des pensions de famille! C'est une exploration de six îles que j'ai décidé de faire, six îles en trois semaines, auprès de petites structures familiales qui m'ont permis de découvrir la Polynésie de façon plus intimiste, auprès des habitants, dans des endroits où la capacité d'accueil n'excédait jamais une dizaine de personnes. Ou presque!

Au final, trop facile. J'ai tout géré comme une grande, sans passer par la case "agence de voyage".

Et je te dis pas: on passe dans ces cas-là pour une pro trop au top. Tout le monde est surpris de voir que tu as réussi à plus de 17000 km à gérer d'une main de maître (si si) toutes les réservations et les transports... (On m'a même dit que j'avais loupé ma vocation et qu'au lieu de faire de la R&D dans les nanotechnologies j'aurais dû bosser pour une agence de voyage).

Mais en fait (ne leur dites pas, j'ai une image de marque à respecter, maintenant!) il y a un secret tout bête qui a permis de réaliser tout ça sans trop me fatiguer...

Bon, allez, je vous le dis.

Dans le fameux blog de Dorothée, il y avait un lien vers un site absolument génial, "séjour dans les îles". Ce site est une filiale d'Air Tahiti, la compagnie aérienne qui assure les transferts inter-îles en Polynésie française. Il permet de choisir à la carte quels endroits on a envie de visiter, il nous donne un choix très vastes de pensions de familles (où même d'hôtels si vous êtes davantage attachés aux prestations telles que la télévision où le nettoyage quotidien de la chambre), et vous pouvez ainsi composer votre séjour tel que vous l'entendez! Là où vous voulez, comme vous le voulez.

vft

L'avantage, c'est que les réservations sont faites à la fois sur les vols de transferts, et dans les logements que vous aurez choisis. Un seul interlocuteur (moi, c'était une certaine Nathalie, super sympa, vraiment très pro, réponse toujours ultra-rapide quelle que soit ma question et vraiment, vraiment, une transaction en toute confiance).

Cette personne vous envoie un devis, vous lui dites si ça vous convient ou pas, vous avez des super prix sur les logements puisqu'ils sont négociés directement et en masse par Air Tahiti, elle vous prépare tout "aux petits oignons" et coordonne l'emploi du temps au mieux, pour que vos vols et vos logements s'enchaînent sans problème ou sans attente lourdingue.

vvf

Vous faites donc le "tour operator" sans les trucs chiants comme appeler ou négocier les prix, voir si les dates de disponibilités des pensions s'embriquent bien les unes aux autres, réserver les vols en priant qu'ils ne soient pas complets aux dates et heures désirées, etc.

vvvb

Le voilà, le secret!

Tadammm!

Mes choix ont alors été les suivants:

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Et voilà! Pour le prix d'un oeil et d'un bras bien moins cher que si vous étiez passé par une agence de voyage, vous passez trois semaines dans un endroit magique, avec des gens merveilleux, sur des plages paradisiaques...

(Et tant pis pour la voiture que vous devriez changer, on ne vit qu'une fois hein...)

Bon. Ben, il ne me reste plus qu'à vous parler maintenant de chaque lieu, de chaque île, de chaque endroit visité et de chaque pension découverte, mais ça, ça sera dans les prochains billets...

N'hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour ne pas manquer ça (à droite, en haut!)

A très bientôt!

12 août 2009

L'organisation du voyage: les bagages avec Air Tahiti et Air tahiti Nui, le décalage horaire, le vol... Tout ça...

polynesie

Pour commencer, il faut que je vous précise que je n'ai pas voulu me diriger vers une agence de voyage dite "classique" pour partir en Polynésie.

Bien sûr, lorsque l'idée du voyage a germé dans mon esprit, je suis allée prendre des tas de prospectus et de catalogues dans ces agences, mais davantage pour me faire rêver un peu avec les photos sur papier glacé que pour réellement bosser avec eux, je dois dire...

 

L'idée

En me baladant sur les blogs de voyages ou d'expatriés (la liste non exhaustive est là, en bas, à droite, tu la vois? Oui, juste là... Les liens...) je me suis petit à petit forgé une idée des îles que j'avais envie de visiter... 

Car un petit nombre de français de métropole ont la chance l'opportunité d'être muté quelques années à Tahiti. En général, ils mettent à profit leur séjour sur place pour visiter les îles voisines, les archipels alentours, et nous régalent avec des photos magnifiques toutes plus alléchantes les unes que les autres... tout en nous donnant de précieux conseils sur ce qui vaut vraiment le coup, ou sur ce qui les a moins emballés...

Dans le genre, mon blog chouchou, c'est celui de Dorothée et de sa petite famille (les Rafidolu). Non seulement son écriture est fluide et agréable comme tout, mais en plus ses descriptions détaillées et ses conseils avisés en font THE blog de référence en matière de Polynésie française!

tahitiblog

J'avais donc déjà l'impression d'y être, avant même d'avoir touché le plancher d'un Airbus Air Tahiti Nui!

En me renseignant de cette façon, je me suis rendue compte d'une chose: rester plus de trois jours dans une île n'est pas forcément nécessaire pour pouvoir la visiter correctement. Les îles sont assez petites, un séjour de deux-trois nuits peut satisfaire votre curiosité et vous permettre d'en faire le tour de façon satisfaisante, à condition bien sûr de s'être bien renseigné avant pour ne pas perdre trop de temps à réfléchir sur place, et de savoir exactement ce qu'il ne faut pas manquer (tour de l'île en pirogue ou en 4x4, panoramas et points de vue à ne manquer sous aucun prétexte, lieux à voir absolument etc.)

Pour ça, merci les blogs et les guides de voyage! (le guide "Géo" est génial - "the best" à mon humble avis... Le "Petit Futé" n'est pas mal non plus... Les autres sont moins complets ou moins agréables d'après moi.)

 

Les bagages

Dans ces circonstances, vous comprendrez qu'il vaut mieux partir avec une valise légère, hein... Parce que vous pouvez visiter pas mal d'endroits en deux-trois semaines, finalement. Enfin, je dis ça... mais je suis la première à embarquer toute ma garde robe et à m'assoir sur mon sac de voyage pour pouvoir le fermer!  ;-)

fille_valise_14086093

Sachez que pour le voyage, si vous partez avec Air tahiti Nui (vol international), la limite autorisée pour le poids de votre bagage est de 46 kg par personne (oui oui, 46, vous avez bien lu!) en deux bagages par personne dans la soute. Pour le bagage à main, pas spécialement de contrôle du poids, mais plutôt un contrôle du volume (pas non plus vous embarquer en cabine une valise entière, hein...)

Donc là, vous vous dites : "chic, on va pouvoir se lâcher et emmener nos plus belles palmes et notre meilleur tuba, 12 tubes de crème solaire et 15 sprays anti-moustiques... Sans compter les 8 paires de sandalettes et la totalité de la garde robe d'été..."

Le hic.... Parce qu'il y a un hic...

C'est que si vous décidez de visiter plusieurs îles, et que vous prenez donc les vols inter-îles d'Air Tahiti, vous avez une limitation à 20 kg par personne pour les bagages à soute et trois kilos pour le bagage à main.

Et là, attention! S'ils sont relativement cool sur le poids des valises en soute (des fois, j'en ai vu peser jusqu'à 28kg sans que les personnes à l'enregistrement ne disent rien, et sans que les voyageurs n'aient à payer d'excédent de bagages), les bagages à main qui ont l'air un peu gros (genre le mien, quoi) sont systématiquement pesés. Et s'il font plus de trois kilos (ce qui est peu, vous me l'accorderez), vous devez les faire enregistrer pour qu'ils aillent en soute, et pas en cabine (heu... chuis claire, là, ou pas?)

En gros: ils pèsent vos bagages à main, ils limitent les bagages en soute à 20 kg mais sont quand même assez tolérant si ça dépasse...

(ouf!)

y1ptNgPWNDwKwmh_U4_YUqI4RXyKLDmpZmkDOnkHJUO2Z5_YYeBRZeUIfvV_l62Rmvd_wLgFMiwIsE

En vraie fille, j'avais (bien entendu) toujours un excédent de bagages, et malgré mes tentatives de trier au max pour alléger mes sacs, ben... J'étais quand même au dessus (d'au moins) 5 kg pour la grosse valise! Sans compter qu'il a fallu systématiquement enregistrer mon bagage à main de 8 kg (si si, 8 kg... Une vraie fille, je vous dis!). Mais je n'ai payé aucun supplément.

Voilou.

Le vol

Concernant le voyage, comme je vous l'ai dit plus haut, le vol pour arriver jusqu'à tahiti est long... Il faut déjà presque 10H pour arriver jusqu'à Los Angelès, qui est l'escale type quand on part en Polynésie Française. L'avion s'arrête systématiquement là-bas pour pouvoir faire le plein, mais aussi faire un changement de l'équipage à bord (qui a bien besoin de se reposer un peu aussi). L'escale vous prend à peu près deux heures, mais comme vous devez passer par les services de l'immigration et refaire enregistrer votre carte d'embarquement (ne stressez pas, vous êtes hyper bien guidés sur place, aucun problème!) ça passe très vite...

Vous gardez aussi votre place dans l'avion. La carte d'embarquement est rééditée, mais vous retrouvez les mêmes sièges, alors pas de panique! Si vous avez une chouette vue depuis votre hublot, vous ne la perdrez pas à cause du passage par les Etats-Unis!

stress

Notez aussi qu'à cause de cette petite escale de deux heures, vous serez obligé d'avoir votre passeport... Hé oui... Si le vol était direct, que l'avion n'avait pas besoin de kérosène et que l'équipage était Wonder Woman, ben... Votre seule carte d'identité française vous suffirait. Je vous rappelle quand même que Tahiti, c'est un territoire français!

Merci les américains de m'avoir coûté un passeport! (86€ avec les nouveaux passeports biométriques)  ;-)

(enfin bon, quand on va là-bas on n'est plus à ça près... Hum.)

Après cette escale sympathique (ou pas), vous réembarquez pour 8H30, jusqu'à l'aéroport de Faaa, à Tahiti.

Alors je pose deux et je retiens un... Ca vous fait bien dans les 22H d'avion. Le compte est bon.

Donc, un conseil: le décalage horaire étant de 12H (quand il est 17H en France, il est 5H du matin là-bas), et même si, à l'aller, il est plus facile de s'adapter à ce décalage qu'au retour (du moins, c'était mon ressenti), essayez de partir pour un peu plus que deux semaines, sinon, vous allez avoir l'impression de ne pas vous être posé tranquille pendant vos vacances...

2475013457_small_1

Moi, je suis partie trois semaines: j'ai décollé le samedi 4 juillet et ai pris l'avion du retour le mercredi 22 juillet. C'était top, parce que je suis arrivée en France le vendredi matin (décalage horaire oblige), ce qui m'a permis de me reposer un peu avant de reprendre le boulot le lundi suivant...

En plus, 22H, quoi! Autant que ça vaille la peine!

Dans l'avion, vous ne voyez pas le temps passer, rassurez-vous... Chez Air Tahiti, il y a un écran individuel dans le siège qui vous fait face, avec un choix de films sympas et récents. Vous avez une dizaine de programmes et il y en a pour tous les goûts! Vous vous faites votre séance ciné perso, quoi... On vous distribue des écouteurs pour que le voisin qui regarde "17 ans encore" ne soit pas dérangés par vous (qui vous projetez "Dragon Ball Revolution"), et le tour est joué!

Et si vous n'êtes pas trop films, vous avez aussi des jeux vidéos ou des programmes audios musicaux...

Dans l'avion, on vous distribuera également des chaussettes (bleu vif, pas du "Gérard Darel" mais bon, ça tient chaud) et des couvertures (parce que la clim est forte, n'hésitez pas à prendre un bon pull si vous la craignez un peu). Si vous voulez dormir, vous aurez droit aussi à des masques pour les yeux et des bouchons d'oreilles...

Vous aurez sûrement l'impression qu'on ne fait que manger, dans l'avion! Des repas chauds vous seront servis,  plutôt pas mals d'ailleurs... Et si vous avez un petit creux en route, vous pouvez toujours aller voir les hôtesses, qui se font un plaisir de vous donner quelques biscuits ou des sandwiches (mais là, il faut vraiment être un estomac sur patte!)  ;-)

Alors, vous êtes partants?

La prochaine fois, je vous raconterai comment j'ai effectué toutes mes réservations, toute seule, comme une grande professionnelle tour operator (au moins) (et modeste en plus)

A bientôt!

30 juillet 2009

C'est parti!!!

poly4

La Polynésie.

Rien que le nom, c'est sûr, ça fait rêver! Et encore plus quand on parle de Tahiti et de ses îles...

Nous vient tout de suite à l'idée les plages désertes de sable blanc, les étendues aux infinies variations bleu-vert du lagon, les poissons multicolores et les fleurs exubérantes d'hibiscus rouge vif et de tiaré odorant...

Mais tahiti fait aussi rêver parce que c'est un peu le bout du monde... Pour nous en France, si l'on creusait un trou, on traverserait le noyau terrestre et on atterrirait directement là-bas, de l'autre côté de la Terre (enfin bon, de cette façon vous n'êtes quand même pas près d'y arriver, hein!)  ;-)

Bref.

Tahiti, c'était mon rêve depuis longtemps. Je ne sais pas trop pourquoi là-bas et pas ailleurs, mais bon. On me disait Maldives, on me parlait de Bali, on me suggérait la Nouvelle Calédonie, mais je ne pensais qu'aux vahinés et au tamouré! 

Alors un jour, je me suis dit... "Et pourquoi pas? On ne sait pas ce qui peut arriver, autant profiter de la vie"... Et Crac, quoi. J'ai fait exploser le compte-épargne.

Je me suis payé THE voyage. Société, Tuamotus, un chouette séjour qui m'a permis d'avoir un bel aperçu de la Polynésie et des richesses qu'elle recèle, de la diversité de ses paysages et de ses îles...

Alors pour partager un peu du plaisir qu'à été mon petit parcours polynésien, et bien je commençe ce blog.

J'y posterai les photos de mon voyage, avec une description ile par ile accompagnée de cartes détaillées, histoire que si, vous aussi, vous décidez de franchir le pas, vous ayez quelques tuyaux pour bien choisir vos destinations, vos pensions ou vos hôtels, et bien préparer votre séjour. Car le planifier soi-même, y'a rien de mieux, croyez moi! C'est une façon de se mettre déjà plein de jolies images dans la tête, et puis d'avoir la satisfaction de vraiment choisir les lieux où vous allez atterir, sans passer par la case "piège à touristes"!

(Sans compter que c'est quand même carrément plus avantageux, parce que c'est pas donné, hein, un voyage pareil!) 

;-)

Et puis, ce blog sera aussi peut-être un moyen de partager cette passion-Polynésie qui m'anime avec d'autres personnes, aussi fans que moi de cet endroit magique... Mais également de récolter les témoignages de votre expérience à vous, qui avez déjà voyagé par là-bas, ou qui êtes résident de cet archipel...

Car si la Polynésie française est un lieu magique, ce n'est rien comparé aux personnes formidables qui la peuplent et en font, vraiment, une destination inoubliable...

Allez, le blog, c'est parti!